Le PPP, objet de toutes les critiques  Abonné

Publié le 23/02/2012

LE LOYER à verser à Eiffage, 42 millions d’euros par an, est source de stress. « L’hôpital peut dégager 10 millions. Xavier Bertrand nous a promis 20 millions d’aides par an. Où trouver les millions manquants ? En mettant les infirmières sur le trottoir ? », s’inquiète ce praticien. « La conséquence du PPP, renchérit le Dr Alexis Mosca, pédiatre, c’est qu’on ne peut pas embaucher, alors qu’on manque d’infirmières ». Pour les uns, le PPP conduira à des lourdeurs : « On ne pourra plus planter un clou sans l’accord d’Eiffage ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte