Le déroulé d’une séance de débriefing collectif  Abonné

Publié le 14/12/2015

« Premier point, la participation est volontaire, insiste le Pr Thierry Baubet, en charge du dispositif mis en place à l’AP-HP. Les séances collectives ne conviennent pas à tout le monde. Soit parce que le groupe fonctionne mal, ou soit en raison d’antécédents personnels. Par exemple, certains ont pu vivre des scènes de guerre 15 ans auparavant, il leur faut un entretien individuel. »

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte