ÉDITORIAL

À l’AP-HP, Hirsch bureauphobe  Abonné

Publié le 25/11/2013

« On n’est pas directeur général de l’AP-HP pour être enfermé dans son bureau. » Lors de sa première sortie officielle en tant que patron des Hôpitaux de Paris, Martin Hirsch a eu cette forte parole. C’était vendredi dernier, il inaugurait une nouvelle unité d’HAD à l’hôpital Albert Chenevier de Créteil. Premier gage de bureauphobie car les quartiers de la direction générale de l’AP-HP, indubitablement, ne sont pas sis dans le Val-de-Marne mais restent bel et bien installés en plein cœur de la capitale. Pour l’instant face à l’Hôtel-de-Ville.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte