Jérôme Nouzarède (Vedici) : « Je n’ai jamais connu une telle exaspération mais nous sommes parvenus à un compromis acceptable »  Abonné

Publié le 17/03/2014
1395022408506423_IMG_125244_HR.jpg

1395022408506423_IMG_125244_HR.jpg
Crédit photo : Michel Labelle

LE QUOTIDIEN :Les cliniques ne sont-elles pas allées trop loin avec le boycott des stages infirmiers ? Le jeu en valait-il la chandelle ?

JÉRÔME NOUZARÈDE : Les Français, je crois, ont compris les raisons du mouvement. Nous sommes les seules entreprises françaises à ne pas avoir droit au CICE [crédit d’impôt compétitivité et emploi] dans son intégralité, alors que nous payons les mêmes charges et impôts. Cela laisse pantois.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte