IRM : près de 38 jours d’attente, pire résultat depuis 2003

Publié le 07/07/2014
IRM

IRM
Crédit photo : S. Toubon

Depuis 2003, ISA (Imagerie santé avenir) commande une enquête annuelle sur les délais de rendez-vous pour obtenir une IRM en France. L’édition 2014 de l’étude confirme l’existence de fortes disparités régionales, avec des taux d’équipement allant du simple au double. Des écarts qui créent des pertes de chance dans la prise en charge du cancer, affirme ISA.

L’enquête menée par le bureau Cemka a consisté à simuler le parcours d’un patient ayant une prescription pour une IRM lombaire à réaliser en urgence, trois mois après une opération d’un cancer du côlon.

La France comptait 684 appareils au 1er janvier 2014. Les enquêteurs ont contacté 602 structures. Six fois sur dix, la structure a proposé un rendez-vous après 2,1 appels en moyenne. Quatre fois sur dix, il n’a pas été possible d’obtenir un rendez-vous pour divers motifs (il faut se déplacer et remplir un formulaire, l’ordonnance doit être envoyée par courrier ou fax, le centre donne la priorité aux personnes hospitalisées...). « Le nombre d’IRM par million d’habitants n’explique pas toujours les écarts observés », notent les enquêteurs, qui invoquent aussi les choix d’organisations territoriaux.

Le délai d’attente moyen s’est allongé d’une semaine en un an

Le délai moyen accordé pour l’examen s’élève à 37,7 jours, contre 30,5 jours en 2013. Soit « un niveau jamais atteint ces dix dernières années ».

Ce délai a diminué dans trois régions : Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées, PACA. Partout ailleurs, le délai a augmenté. Aucune région ne propose un accès en moins de 25 jours.

Interrogés sur les raisons de ce délai, les secrétariats médicaux invoquent la demande grandissante, voire la saturation.

Conclusion de l’étude : les inégalités régionales « demeurent criantes ». Cinq régions n’ont pas eu d’équipement nouveau cette année. A contrario, 8 IRM ont ouvert en Aquitaine, 7 en Languedoc-Roussillon, 4 en Ile-de-France et 3 dans le Nord-Pas-de-Calais et en PACA (régions au taux d’équipement déjà le plus élevé). La Corse est la région la moins équipée, suivie des Pays-de-la-Loire.

Le délai d’attente moyen pour un examen IRM en cancérologie en France métropolitaine s’est stabilisé autour de 30 jours en moyenne, alors que le plan cancer 2014-2019 fixe un objectif de 20 jours au maximum.

irm_0.png

Délais moyens d’attente (jours) pour les rendez-vous d’IRM obtenus et estimés en 2014 (cliquer sur l'image pour l'agrandir).

Plusieurs plans de santé publique (AVC, Alzheimer) augmentent les indications de l’IRM, de même que le guide de bon usage des examens d’imagerie publié en 2013. Le groupement Imagerie santé avenir conclut qu’il est urgent que la France renforce son parc IRM.

La densité d’IRM en France est de 10,7 machines par million d’habitants (contre un objectif de 10 IRM par million d’habitants fixé par le plan cancer 2009-2013).

D. Ch.

Source : lequotidiendumedecin.fr