Par Jacques Touzard*

Il faut combattre d’urgence la surcapacité hospitalière  Abonné

Publié le 25/09/2012

› Tribune Libre

IL EST ASSEZ FRÉQUENT de présenter l’hôpital public comme une victime sans ressources, esseulée dans un monde ultra-concurrentiel et capitaliste. Telle Jeanne d’Arc, l’hôpital public serait sur le bûcher, fier et digne, mais victime sacrificielle de ce que l’on a coutume d’appeler la privatisation du service public.

Mais cela est faux, malheureusement… L’hôpital est en surcapacité et c’est ce qui le tue à petit feu.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte