En Haute-Vienne, l'intérim médical exaspère les tensions

Quand les usagers se payent les praticiens « mercenaires »

Par
Jean-Pierre Gourvest -
Publié le 11/03/2019
urgences

urgences
Crédit photo : SEBASTIEN TOUBON

« Vous vous rendez compte : 1 400 euros la journée ! On parle bien du salaire mensuel de beaucoup de Français ! »

Ces mots sont ceux d'Agnès Buzyn, évoquant au cœur de l'été 2018 le plafonnement certes élevé mais nécessaire des pratiques tarifaires des médecins intérimaires à l'hôpital, rémunérés sans cela par les établissements entre « 2000 et 3 000 euros la journée » pour pallier la pénurie médicale dans les spécialités les plus en tension (anesthésie, urgences). 

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?