Dr Pelloux  : « Trois quarts des services en difficulté »  Abonné

Publié le 14/03/2013
1363227398417159_IMG_100896_HR.jpg

1363227398417159_IMG_100896_HR.jpg
Crédit photo : S TOUBON

LE QUOTIDIEN DU MÉDECIN – Grenoble, Strasbourg, Roubaix… Depuis le début de l’année, vous vous êtes rendus au chevet de nombreuses structures d’urgences hospitalières. Quel mal ronge ces services ?

DR PATRICK PELLOUX – Celui qui dégrade l’hôpital depuis une décennie : le dogmatisme économique de l’hôpital-entreprise. En privilégiant le soin programmé et en prônant dans le même temps une politique de restrictions budgétaires, le précédent gouvernement a coulé l’hôpital public et les urgences avec. Aujourd’hui, trois-quarts des 900 services d’urgences sont en souffrance.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte