Des indications idéales  Abonné

Publié le 28/06/2018

La chirurgie gynécologique se doit d’étendre les indications de la chirurgie ambulatoire, au-delà des gestes marqueurs recensés (lire encadré), à des gestes non-marqueurs parfaitement standardisés, en premier lieu à la chirurgie de l’incontinence urinaire avec pose de bandelettes sous-urétrales (lire aussi p. 9), et à la chirurgie du prolapsus, par voie vaginale ou cœlioscopique, en particulier quand elle n’intéresse qu’un étage (cure de cystocèle ou de rectocèle isolées).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte