Conseils aux écoutants  Abonné

Publié le 14/12/2015

Sans avoir assisté aux événements, les psychologues, psychiatres ou médecins généralistes ne sont pas imperméables aux récits d’horreur qu’ils peuvent entendre. « Mais il ne s’agit pas de syndrome de stress post-traumatique, indique le Pr Louis Crocq, fondateur des CUMP. Certains concepts qui circulent outre-Atlantique, comme le syndrome de stress post-traumatique secondaire ou la traumatisation vicariante, défendent qu’un thérapeute en empathie puissent s’approprier le trauma par procuration. L’École française ne partage pas ce point de vue ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte