Le paiement à la performance, vertueux mais perfectible

La ROSP s’ancre dans la pratique mais divise toujours  Abonné

Publié le 30/04/2015
Depuis 2012, la ROSP a marqué des points chez les libéraux mais elle garde ses détracteurs

Depuis 2012, la ROSP a marqué des points chez les libéraux mais elle garde ses détracteurs
Crédit photo : SEBASTIEN TOUBON

Trois ans après sa mise en place, la ROSP, version française du « P4P » britannique, a permis à 89 000 médecins libéraux de percevoir un bonus moyen de 4 215 euros au titre de l’exercice 2014.

Parmi eux, quelque 51 000 généralistes ont commencé à toucher une prime moyenne de 6 264 euros, en hausse de 8,5 % en un an (le Quotidien du 27 avril).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte