Chrirurgie, oncologie, prescriptions...

Comment le CHU de Brest traque le risque a priori  Abonné

Publié le 17/01/2013
1358389160402429_IMG_97033_HR.jpg

1358389160402429_IMG_97033_HR.jpg
Crédit photo : DR

AU BLOC opératoire, le risque se niche partout. Il aura fallu deux mois de réunions et de mailings à cinq professionnels de santé volontaires (deux médecins et trois cadres) pour cartographier les lieux.

Trente-huit risques ont été identifiés en chirurgie programmée : risque infectieux, risque de non-signalement des événements indésirables, de dossier incomplet, de médicaments ou de ressources humaines indisponibles...

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte