Des bâtiments trop vastes, peu adaptés à l’ambulatoire

CHU : cher patrimoine immobilier...  Abonné

Publié le 07/10/2013

LE PREMIER constat de la Cour des comptes n’est pas le moins étonnant. Personne, ni le ministère de la Santé, ni les hôpitaux eux-mêmes, ne dispose d’une vue d’ensemble sur le patrimoine des CHU affecté aux soins (superficie, vétusté, coût des opérations...). Les ARS elles-mêmes naviguent à vue. Difficile, dans ces conditions, de tracer une politique d’investissement rigoureuse.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte