Une nouvelle pratique qui freine la prise en charge ambulatoire ?

Chirurgiens et anesthésistes divisés sur les bienfaits de la RRAC  Abonné

Par
Martin Dumas Primbault -
Publié le 20/02/2020
Le monde de l'anesthésie-réanimation s'est ému de propos considérant le développement de la récupération améliorée après chirurgie (RAAC) comme un frein à la pratique ambulatoire.
Des spécialistes de bloc s'inquiètent du « mélange des flux » de patients

Des spécialistes de bloc s'inquiètent du « mélange des flux » de patients
Crédit photo : BURGER/PHANIE

« Partout où la RAAC [récupération améliorée après chirurgie, NDLR] a été priorisée, le taux d'ambulatoire a reculé. » Cette phrase paradoxale, prononcée fin janvier par le Pr Corinne Vons, présidente de l'Association française de chirurgie ambulatoire (AFCA), n'a pas manqué de faire réagir ses confrères anesthésistes-réanimateurs.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte