« Au pôle de chirurgie de Tarbes, nous sommes passés de 104 lits souvent vides à 64 souvent pleins »  Abonné

Publié le 03/05/2012
1336007494345711_IMG_83049_HR.jpg

1336007494345711_IMG_83049_HR.jpg
Crédit photo : S Toubon

STRATÉGIE, gestion opérationnelle, pilotage médicoéconomique… Avec la réforme de la gouvernance hospitalière orchestrée par la loi HPST, les chefs de pôles ont hérité d’une série de missions extra-médicales qui peuvent laisser perplexes. Car bien que managers de la santé, ils sont avant tout médecins.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte