Attentats du 13 novembre : les hôpitaux civils et militaires n'ont jamais été saturés, assurent Hirsch et Debonne

Par
Publié le 01/03/2016

Entendus le 29 février par la commission d'enquête de l'Assemblée nationale sur la lutte contre le terrorisme, le directeur général de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris, Martin Hirsch, et le médecin général Jean-Marc Debonne, directeur central du service de santé des armées (SSA), ont décrit des services hospitaliers civils et militaires très sollicités lors des attentats du 13 novembre 2015, mais ni désorganisés, ni saturés.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)