35 heures : devant les députés, la FHF réclame des assouplissements

Publié le 18/09/2014
1411046068545655_IMG_136242_HR.jpg

1411046068545655_IMG_136242_HR.jpg
Crédit photo : S TOUBON

« Je n’ai pas demandé le retour des 39 heures » : le président de la Fédération hospitalière de France (FHF), auditionné ce jeudi matin à l’Assemblée nationale sur la question des 35 heures à l’hôpital, a tenu à préciser son propos exprimé dans « le Parisien » ce même jour.

Frédéric Valletoux l’assure, il ne réclame pas la fin des 35 heures à l’hôpital. Mais il demande de la souplesse, de l’adaptabilité. « Trois cents circulaires ont été envoyées aux hôpitaux l’été dernier. Il faut tourner la page de la bureaucratie », a-t-il lancé.

La moitié des accords locaux ont été renégociés

Selon une enquête menée par la FHF, près d’un hôpital public sur deux a déjà renégocié l’accord local signé en 2002 qui fixe la durée de travail et le nombre de jours de RTT. La situation est très hétérogène sur le sol français : certains professionnels ont mois de 10 jours de RTT par an, quand d’autres en ont une vingtaine, voire davantage. La FHF souhaite l’instauration d’un plafond à 15 jours par an et par professionnel, partout en France.

Quand une baisse du nombre de jours de RTT est envisagée localement, le climat se tend, inéluctablement. Les syndicats emploient parfois la méthode forte (grève de la faim, occupation de locaux) pour faire ployer la direction. Le président de la FHF demande aux pouvoirs publics de soutenir plus fermement les directeurs qui tentent de s’attaquer à la question délicate de la réduction du temps de travail à l’hôpital.

D. Ch.

Source : lequotidiendumedecin.fr