Malgré des retards très coûteux

Filière nucléaire : tenir bon  Abonné

Par
Richard Liscia -
Publié le 31/10/2019
Avec la filière nucléaire, le gouvernement est confronté à un dilemme : les retards et malfaçons ont déjà coûté des dizaines de milliards, mais pour augmenter l'indispensable production d'électricité, il ne semble pas qu'il y ait d'alternative.
Les débuts de Flamanville en 2016

Les débuts de Flamanville en 2016
Crédit photo : AFP

N'importe qui voit ce qui ne va pas : le choix de l'EPR a provoqué un syndrome national. Le public constate que la construction des centrales issues de cette filière se heurte à d'immenses complications qui ont retardé la mise en fonction de Flamanville de plusieurs années, coûtent affreusement cher au contribuable et menacent EDF de banqueroute. Un seul EPR fonctionne parfaitement : celui qui a été vendu à la Chine.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte