Stress et magnésium - Les défis de la nutrition

Stress et magnésium

25.11.2016

État des lieux

Le stress accroît les pertes en magnésium, minéral qui joue un rôle important dans de nombreuses fonctions de l’organisme, comme la décontraction musculaire ou la transmission de l’influx nerveux.

Le stress peut être défini comme une réponse adaptative qui permet à l’organisme de faire face à des stimuli menaçants. Il s’agit donc d’une réponse physiologique à une modification de l’environnement. Le stress est devenu une plainte très fréquente puisque, près d’un Français sur quatre se sent stressé quotidiennement ou presque. En cause, notamment, la difficulté de concilier vie professionnelle et vie familiale, en particulier pour les femmes.

Le stress active l’axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien, ce qui induit une sécrétion de glucocorticoïdes et de catécholamines. Lors de la phase d’alarme, qui correspond à un stress aigu, l’hypothalamus stimule les surrénales qui sécrètent de l’adrénaline et de la noradrénaline. Cela se traduit par une accélération du rythme cardiaque, une augmentation de la pression artérielle et de l’afflux sanguin au niveau cérébral et musculaire. Cette réaction est tout à fait physiologique.

Mais, lorsque la situation stressante se prolonge, la sécrétion de glucocorticoïdes par les surrénales se poursuit et son système d’autorégulation peut être débordé. L’organisme est alors soumis à une surexposition aux catécholamines et aux glucocorticoïdes, qui agissent sur les métabolismes glucidique et lipidique.

Un déficit en magnésium par un double mécanisme

Le magnésium est un minéral présent dans quasiment toutes les cellules de l’organisme, où il est impliqué dans de très nombreuses réactions enzymatiques. La moitié environ du magnésium contenu dans le corps se situe au niveau des os, mais il est aussi largement présent dans les muscles, le cerveau, le cœur ou les reins.

Il participe notamment au maintien de l’équilibre électrique des membranes cellulaires et à la récupération après une contraction musculaire ou le passage d’un influx nerveux.

Le stress induit un déficit en magnésium par un double mécanisme. Les pertes urinaires de magnésium sont en effet augmentées par le stress sous l’action des catécholamines. Ces dernières induisent en outre une lipolyse qui est à l’origine d’une libération d’acides gras libres qui se lient au magnésium, ce qui accroît encore le déficit en ce minéral.

Il est donc important de veiller à un apport suffisant en magnésium puisque ce dernier contribue au fonctionnement normal du système nerveux et des muscles et au fonctionnement psychique normal.

En 2015, le groupe scientifique sur les produits diététiques, la nutrition et les allergies de l’Agence européenne de sécurité des aliments (EFSA) a établi un apport adéquat (AA) pour le magnésium de 350 mg/jour pour les hommes et de 300 mg/jour pour les femmes. Pour les enfants, l’AA varie de 170 à 300 mg/jour, en fonction de l’âge.

Dr Anne Panin

 

REFERENCES

(1) Ipsos Santé/MétéoStress. Les Français et le stress : résultats de l’étude. 2008.
(2) Chrousos GP. Stress and disorders of the stress system. Nat Rev Endocrinol 2009 ; 5 : 374-81.
(3) Kyrou I et al. Stress hormones : physiological stress and regulation of metabolism. Curr Opin Pharmacol 2009 ; 9 : 787-93.
(4) Delévaux I et al. Stress et auto-immunité. Rev Med Interne 2013 ; 34 : 487-92.
(5) Schneiderman N et al. Stress and health : psychological, behavioral, and biological determinants. Annu Rev Clin Psychol 2005 ; 1 : 607-28.
(6) Lupien SJ et al. Stress, memory, and the hippocampus : can’t live with it, can’t live without it. Behav Brain Res 2001 ; 127 : 137-58.
(7) http://www.efsa.europa.eu/fr/efsajournal/pub/1807
(8) http://www.efsa.europa.eu/fr/efsajournal/pub/4186
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter