Les modalités pratiques de la diversification - L'alimentation de l'enfant de 0 à 3 ans

Les modalités pratiques de la diversification

25.11.2016

État des lieux

La diversification constitue une période clé dans l’alimentation de l’enfant. Céréales, légumes, fruits, viande, œuf, poisson, fromage, morceaux : comment s’y retrouver pour conseiller les mamans et les papas ? La fiche ci-dessous fait un point pratique complet par tranche d’âge, aliment par aliment.

Sommaire

I. Les débuts entre 4 et 6 mois
• Céréales
• Légumes
• Fruits
• Viande, œufs, poisson
• Un mois après le début de la diversification
II. Vers 9 mois
• Légumes et fruits
• Fromage pour enfant
• Glucides complexes
III. À partir de 1 an
 
 

I. Les débuts entre 4 et 6 mois

• Céréales

- La diversification alimentaire débute par l’introduction des céréales vers l’âge de 4 ou 5 mois, dans le biberon du matin et/ou du soir à raison de 1 à 2 cuillerées à café.
- On continue de proposer des céréales sans gluten jusque vers 6 mois révolus, et des céréales avec gluten à partir du 7e mois, sans que cela ne repose sur aucune recommandation.
- L’enfant reçoit toujours par ailleurs 4 biberons de 210 mL d’eau + 7 mesures de lait (ou 5 biberons de 180 mL d’eau + 6 mesures de lait) ; cette dose peut être augmentée de 30 ml d’eau et 1 mesure de lait. Le passage du lait 1er âge au lait 2e âge se fait au moment de la diversification. Chez l’enfant allaité, la diversification peut débuter vers l’âge de 5 mois (même si l’Organisation mondiale de la santé [OMS] conseille d’attendre l’âge de 6 mois, dans tous les pays). Chez les enfants allaités le gluten est introduit sous forme de biscuits ou de croûtes de pain.

• Légumes

- Viennent ensuite les légumes, débutés au cours du repas de midi, à la cuillère ou, en cas de refus, dilués dans un biberon de lait. La quantité est assez libre en fonction de l’enfant, entre 100 et 200 g. Si les légumes sont préparés « maison », ils ne doivent pas être salés (ni l’eau de cuisson). Un peu de sel est cependant envisageable pour des légumes très fades, comme la courgette, si l’enfant les refuse.
- La règle est de ne proposer qu’un seul légume à la fois jusqu’à l’âge de 9 mois, afin que l’enfant apprenne le goût de chaque légume. Il est conseillé de changer de légume chaque jour. Si l’enfant refuse un légume, il faut le lui re-proposer à quelques jours d’écart dans une ambiance conviviale et détendue, sans forcer, et ce jusqu’à huit ou dix fois : ainsi, le légume initialement refusé sera, la plupart du temps, accepté ou même apprécié.
- Quels légumes ?
. Betteraves rouges, blanc de poireaux, brocolis, carottes, courgettes (épépinées et sans peau), épinards, haricots verts, patate douce, panais, potirons ou potimarrons, tomates. Les bettes (vert et blanc) et les endives peuvent être utilisées en quantité limitée, sous forme de légumes jeunes pour limiter l’apport de fibres. Les petits pois peuvent être utilisés seulement s’ils sont extra-fins. La quantité de carottes sera limitée en cas de constipation.
. Les légumes riches en fibres sont plutôt proposés à partir de 9 mois, afin de limiter le risque de colite (gaz et douleurs abdominales).
. Les produits surgelés dont la qualité est généralement supérieure à celle des légumes frais de la grande distribution peuvent être conseillés, tout comme ceux du potager, s’ils n’ont pas été exposés aux engrais et pesticides. Les produits « bio » peuvent être conseillés si les purées sont faites « maison ».

• Fruits

- Les fruits sont débutés une quinzaine de jours après les légumes, le plus souvent au goûter.
- Tous les fruits cuits ou crus, même le kiwi, les fruits exotiques et les fruits rouges, peuvent être proposés s’ils sont très mûrs. Les allergologues suggèrent désormais que les fruits à coque, mixés, peuvent aussi être utilisés (arachides ou noisettes dans des biscuits par exemple).
Comme pour les légumes, il faut privilégier la mono-saveur jusqu’à l’âge de 9 mois. Cependant, les fruits très acides comme les framboises ou les kiwis peuvent être donnés en même temps qu’une compote de pommes ou de poires, mais sans les mélanger.

• Viande, œufs, poisson

- Une quinzaine de jours après le début des fruits, la viande, les œufs et le poisson sont introduits, à raison de 10 g par jour, soit 2 cuillerées à café de viande ou de poisson mixés.
- La viande doit être bien cuite, grillée sans graisse (ne pas utiliser de poêle avec revêtement de type Teflon), à la vapeur ou bouillie.
- Quelle viande ? Toutes les viandes peuvent être utilisées, qu’elles soient rouges ou blanches, en évitant les abats et la charcuterie (sauf le jambon blanc, qui n’est cependant pas la meilleure viande en raison des additifs et conservateurs).
- Quels poissons ? Une fois par semaine un poisson maigre (merlan, cabillaud, sole, dorade...) et une fois par semaine un poisson gras (saumon, maquereau, sardine, hareng). Les poissons bio-accumulateurs sont à éviter : anguille, barbeau, brème, carpe, silure, pour le PCB, et espadon, marlin, siki, requin, lamproie pour le méthyl-mercure. Les fruits de mer cuits (moules, crevettes, etc.) peuvent être proposés.

• Un mois après le début de la diversification

- Ainsi, environ un mois après le début de la diversification, un repas complet, en général celui du midi, se fonde-t-il sur des légumes et des protéines autres que lactées : purée de légumes maison (100 à 200 g), viande, poisson ou œuf mixé (10 g) et compote de fruits (100 à 150 g), ou un petit pot de légumes-viandes/poisson de 130 g (ou davantage) et un petit pot de la même contenance de compote de fruits. Il faut ajouter aux légumes une cuillerée à café d’huile végétale, idéalement de colza qui présente un excellent apport d’acides gras essentiels et le meilleur équilibre entre oméga-3 et oméga-6. L’huile d’olive, le beurre et la crème fraîche peuvent être utilisés de temps en temps pour diversifier les goûts.
- À 16 heures, un laitage « spécifique pour bébé », complété éventuellement par un biberon de 120 mL (4 mesures de lait 2e âge) ou 150 mL (5 mesures de lait 2e âge), peut remplacer le biberon de 240 mL (8 mesures de lait 2e âge). Ce repas est complété d’un glucide complexe (biscuits) et de fruits.
- Le soir, le biberon de lait est associé à des glucides complexes (céréales avec gluten, soupe ou purée de légumes avec de la pomme de terre ou de la semoule fine) et à une compote de fruits.
- Il est important de donner aux enfants à partir de 6 mois des biscuits ou une croûte de pain, directement dans la main.

II. Vers 9 mois

• Légumes et fruits

- Tous les légumes peuvent être donnés, y compris ceux riches en fibres : choux, rave, navet, oignon, céleri, vert du poireau, salsifis, cardon, artichaut, poivron, aubergine, fenouil…
- Les légumes, tout comme les fruits, peuvent à cet âge être mélangés entre eux.
À cet âge, la texture des purées et des compotes doit progressivement devenir moins lisse, plus grumeleuse.
- Morceaux. D’autre part, l’enfant n’a pas encore de molaires, mais il doit commencer à manger des morceaux, posés à côté dans une autre assiette : il doit les attraper lui-même avec ses doigts et les porter en bouche. Il ne faut jamais mélanger les morceaux et la purée à la cuillère : il doit en effet apprendre à faire la différence entre les différentes textures. Le début précoce des morceaux est important pour le comportement alimentaire ultérieur et l’acceptabilité de nouveaux aliments, mais aussi pour la croissance des arcades dentaires. Les fruits à coque doivent être mixés et ce jusqu’à l’âge de 3 ans.

• Fromage pour enfant

Autre nouveauté : l’introduction de morceaux de « fromage pour enfants », faciles à écraser avec les gencives.

• Glucides complexes

Il est conseillé d’ajouter des glucides complexes (autrefois appelés sucres lents) à tous les repas, sous forme de :
– céréales (blé, seigle, orge, avoine, riz, maïs, etc.) et pseudo-céréales (sarrasin, quinoa) sous forme de céréales 2e âge dans le biberon, de pain, ou de céréales associées aux légumes verts : semoule fine, pâtes, vermicelles, riz, polenta, quinoa, etc. ;
– féculents ; pommes de terre, patate douce, manioc (tapioca) et légumes secs (lentilles, pois cassés, pois chiches, fèves, etc.).

III. À partir de 1 an

- Tous les fromages peuvent être consommés, y compris ceux au lait cru.
- Les abats, les fruits de mer, cuits ou crus et le miel font également leur entrée au menu.
- La quantité de viande, œuf ou poisson passe à 20 g par jour et celle d’huile végétale à 2 cuillerées à café par jour.
- On peut éviter la monotonie en jouant avec les épices dans les compotes (vanille, cannelle, etc.) ou dans les légumes, la viande ou le poisson (curcuma, cumin, curry, muscade, etc.) en évitant le poivre et le piment. Les herbes aromatiques (aneth, basilic, cerfeuil, ciboulette, coriandre, estragon, laurier, menthe, persil, romarin, sauge, thym, etc.) permettent de varier les recettes en modifiant les goûts et de mettre de la couleur dans les plats. Un peu d’oignon, d’échalote, et même d’ail, ajouté à la cuisson peut permettre de faciliter l’acceptabilité de certains légumes plus fades et de varier les préparations.
 
Dr Isabelle Hoppenot
D’après un entretien avec le Dr Alain Bocquet, responsable du groupe « nutrition » dans l’Association française de pédiatrie ambulatoire (AFPA).


À retenir

• Introduction des céréales vers l’âge de 4 ou 5 mois, dans le biberon du matin et/ou du soir.
• Viennent ensuite les légumes, débutés au cours du repas de midi, à la cuillère ou, en cas de refus, dilués dans un biberon de lait.
• Les fruits sont débutés une quinzaine de jours après les légumes, le plus souvent au goûter.
• Une quinzaine de jours après le début des fruits, la viande, les œufs et le poisson sont introduits. 
• Vers 9 mois, l'enfant doit commencer à manger des morceaux qu'il doit attraper lui-même avec ses doigts et les porter en bouche.
• A partir de 1 ans : on peut éviter la monotonie en jouant avec les épices et les herbes aromatiques.

REFERENCES

Bocquet A. Diversification alimentaire. In O. Goulet, M. Vidailhet, D. Turck (ed.), Alimentation de l’enfant en situations normale et pathologique. 2e édition, Doin éditeurs, Paris, 2012 : 175-91.
Northstone K et al. The effect of age of introduction to lumpy solids on foods eaten and reported feeding difficulties at 6 and 15 months. J Hum Nutr Diet 2001 ; 14 : 43-54.

l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter