Fatigue, fatigabilité, fatigue nerveuse, asthénie : des plaintes fréquentes - Les défis de la nutrition

Fatigue, fatigabilité, fatigue nerveuse, asthénie : des plaintes fréquentes

25.11.2016

La fatigue est une plainte fréquente en médecine générale. Elle motive 1 à 5 % des consultations, mais se retrouve chez 10 à 40 % des patients lorsqu’elle est recherchée à l’interrogatoire.
Il s’agit d’un phénomène physiologique associant une baisse des performances, qu’elles soient physiques ou cognitives. Elle apparaît à l’effort et cède au repos. La fatigue est un symptôme subjectif, non spécifique, qui « résulte d’un déséquilibre entre ce qui doit être accompli et ce qui peut l’être », selon B. Horn. Elle peut découler de très nombreuses affections somatiques et psychiques.
 
La fatigabilité est l’apparition précoce de la sensation de fatigue à l’effort.
 
L’asthénie est une fatigue pathologique qui n’a pas de cause déclenchante apparente et qui ne cède pas au repos.
 
La fatigue nerveuse correspond à un état d’épuisement physique et mental.
 
Une cause précise à la fatigue n’est retrouvée que dans la moitié des cas et, le plus souvent, la fatigue évolue spontanément vers l’amélioration.
 
En pratique, l’interrogatoire joue un rôle essentiel pour préciser les antécédents et l’anamnèse. L’examen clinique doit, bien sûr, rechercher des signes associés.
 
Il faut en premier lieu éliminer une cause fonctionnelle : surmenage professionnel ou familial, efforts physiques intenses, manque de sommeil, régime restrictif, sédentarité avec déconditionnement à l’effort...
Une cause iatrogène ou toxique est également à rechercher : prise de médicaments, notamment psychotropes ou antalgiques, consommation d’alcool et/ou de stupéfiants.
 
Parmi les différents types d’étiologies, les causes psychiques sont retrouvées dans 7 à 17 % des cas selon la littérature : syndrome dépressif, troubles anxieux, phobies, anorexie, boulimie...
 
Une cause organique est présente dans 17 à 30 % des cas : infectieuse, endocrinienne, neurologique, hématologique, néoplasique, gastro-entérologique, respiratoire, cardio-vasculaire, maladie de système, etc.
 
En pratique, il est important d’établir une relation de confiance avec le patient, de le revoir si besoin et de ne prescrire des examens complémentaires qu’à bon escient. En cas de fatigue isolée, un bilan biologique peut être réalisé, associant, en première intention, NFS, VS ou CRP, transaminases, CPK, TSH, glycémie, créatininémie, bandelette urinaire, ferritinémie et test de grossesse si le contexte est évocateur.
 

Dr Anne Panin
 

Cathébras P, Toinon M. Asthénie : conduite à tenir. Revue Prat Med Gen 2012 ; 26 : 111-6.
 
Magnette C, Gérard B. La plainte fatigue en médecine générale : recommandations de bonnes pratiques. Société scientifique de médecine générale, Bruxelles, 2005.
 
Horn B. Fatigue. Forum Med Suisse 2002 ; 45 : 1074-9.
 

REFERENCES

Cathébras P, Toinon M. Asthénie : conduite à tenir. Revue Prat Med Gen 2012 ; 26 : 111-6.
 
Magnette C, Gérard B. La plainte fatigue en médecine générale : recommandations de bonnes pratiques. Société scientifique de médecine générale, Bruxelles, 2005.
 
Horn B. Fatigue. Forum Med Suisse 2002 ; 45 : 1074-9.

l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter