Surveillance de la courbe de croissance : les signes d’alerte - L'alimentation de l'enfant de 0 à 3 ans

Surveillance de la courbe de croissance : les signes d’alerte

22.01.2015

État des lieux

La surveillance de la croissance est essentielle pour dépister rapidement d’éventuels troubles nutritionnels ou une maladie sous-jacente. Parmi les signes d’alerte : le ralentissement de la courbe de croissance, qui peut témoigner d’une atteinte organique et la précocité du rebond d’adiposité, marqueur de risque d’obésité.

Chapitre 1 : De la naissance à 3 ans : une phase de croissance très rapide

Entre 0 et 3 ans, l’enfant connait une phase de croissance très rapide. Il triple son poids de naissance en 1 an ! Il s’agit d’une période clé, qui influence l’état de santé à l’âge adulte.

Gain de poids et de taille (en moyenne)

Au cours des 3 premiers mois 25 g par jour
Au cours de la 1ère année 2 cm par mois

 

Il est essentiel de mesurer le poids et la taille très régulièrement et de reporter les chiffres sur le carnet de santé afin d’apprécier leur cinétique et de veiller également à ce que l’enfant ait, pendant cette période clé de croissance et de développement, une alimentation adaptée à l'âge, sans carences ou excès d’apport.

Gain de poids et de taille (en moyenne)

Plusieurs facteurs « physiologiques » influencent l’évolution staturopondérale. 

- Un enfant avec antécédent de retard de croissance intra-utérin dont les mesures sont à -2DS n’est pas inquiétant si la croissance est régulière et homogène pour le poids et la taille ; le retard peut être rattrapé petit à petit jusqu’à l’âge de 3 ans.

- Face à un enfant dont les mesures sont inférieures à la moyenne, il faut tenir compte du poids et de la taille des parents ou plus largement dans la famille (petite taille familiale), mais aussi savoir rechercher des dysmorphies évocatrices d’une maladie génétique. 

- Un ralentissement de la courbe de poids avec une conservation de la croissance staturale est fréquent vers l’âge de 6 mois, au moment de la diversification et de l’apparition des infections, ainsi que vers 18 mois, lors de l’acquisition de la marche et de dépenses physiques plus importantes.

Poids et taille en décalage

La courbe de poids est très sensible au moindre événement pathologique, celle de la taille suit avec un décalage et il est donc essentiel d’évaluer la chronologie des modifications et leur cinétique.

Par exemple en cas de déficit en hormone de croissance, il y a une cassure de la courbe de taille et une augmentation du poids. En cas d’intolérance au gluten, la cassure de la courbe de poids précède celle de la taille. Une simple surveillance attentive de la croissance permet d'orienter vers un diagnostic de façon précoce et précise.

Chapitre 2 : Un rebond d’adiposité trop précoce

La prévalence de l’obésité infantile ne cesse de s’accroître depuis plusieurs décennies. Outre ses conséquences délétères chez les enfants, sur la pression artérielle, le profil lipidique et le métabolisme glucidique et sur l’estime de soi, elle est associée à une surmortalité à l’âge adulte, essentiellement d’origine cardiovasculaire. Sa prévention et son dépistage sont essentiels.

Cinétique de l’IMC

L’indice de masse corporelle (IMC) ou de corpulence est le meilleur critère diagnostique et pronostique de l’obésité chez l’enfant. Il doit se calculer systématiquement et se reporter sur une courbe adaptée. 

Globalement, la corpulence augmente au cours de la première année de vie – les nourrissons sont potelés –, puis diminue jusque vers l’âge de 6 ans – l’enfant de 4 ou 5 ans est mince – pour connaître alors une remontée : c’est le rebond d’adiposité, qui survient donc vers 6 ou 7 ans.

Conduite à tenir
Plus l’âge du rebond d’adiposité est précoce, plus le risque ultérieur d’obésité est élevé. Cet âge est en pratique très lié à l’IMC des parents, l’obésité étant en très grande partie sous l’influence de facteurs génétiques. 

En cas de rebond précoce, il importe alors de faire le point avec les parents sur les habitudes alimentaires et le mode de vie de l’enfant et de la famille, et de proposer des mesures permettant de prévenir une obésité confirmée.

Dr Isabelle HOPPENOT
Avec la collaboration du Dr Olivier Mouterde, département de pédiatrie médicale, CHU de Rouen.

 

 

À retenir

Il faut mesurer et peser un nourrisson en prenant soins de bien reporter les mesures sur le carnet de santé et sur une courbe lisible et adaptée à l’âge :
- tous les mois pendant les 6 premiers mois ; 
- puis tous les 3 mois chez le grand nourrisson et le jeune enfant ; 
- et tous les 6 mois au-delà de 2-3 ans.

REFERENCES

l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter