Prévention alimentaire des allergies - L'alimentation de l'enfant de 0 à 3 ans

Prévention alimentaire des allergies

22.01.2015

État des lieux

Les manifestations allergiques sont de plus en plus fréquentes dans les pays développés et ont un impact socio-économique important. Leur prévention constitue ainsi un enjeu majeur. Le dépistage des enfants à risque et le respect de mesures alimentaires au cours des premiers mois de la vie participent à la réduction du risque.

Chapitre 01 : Est-ce possible ?

Préalable à la prévention de l’allergie : le dépistage des enfants à risque (de 25 % à 30 % des nouveau-nés) qui sont ceux ayant au moins un parent du premier degré (père, mère, frère ou sœur) ayant une allergie avérée. Pendant longtemps, la prévention primaire de l’allergie s’est fondée sur l’allaitement exclusif jusqu’à l’âge de 6 mois et sur l’éviction des allergènes, ce qui faisait conseiller un régime chez la mère et l’introduction tardive des aliments allergisants.

Une fenêtre de tolérance

Les progrès dans la compréhension des mécanismes physiopathologiques de l’allergie ont montré que cette dernière est liée à une non acquisition ou une perte de tolérance vis-à-vis d’un allergène. Ce qui a conduit à préconiser non plus une éviction de l’allergène, mais son introduction à un moment défini comme optimal, ni trop précoce ni trop tardif. Pour les aliments autres que le lait, cette période, dite fenêtre de tolérance, se situe entre les âges de 4 et 6 mois.


Les aliments plus sensibilisants
Les œufs, le lait de vache, l’arachide, le poisson
Les crustacés, les fruits à coque, le blé, le soja


Chapitre 02 : En pratique, chez les enfants à risque

- Aucun régime d’exclusion chez la mère n’est justifié pendant la grossesse.

- L’allaitement maternel exclusif (sans éviction) est recommandé jusqu’à l’âge de 6 mois, comme dans la population générale.

- Si l’allaitement doit être complété, ou à défaut d’allaitement, il est préconisé d’utiliser une formule hypoallergénique (HA) ayant fait la preuve de son efficacité dans des études contrôlées, jusqu’à l’âge de 4 ou 6 mois. 

- L’utilisation de formules extensivement hydrolysées n’est pas justifiée, mais peut se discuter dans certains cas. 

- Les préparations à base de soja ne sont pas recommandées pour prévenir les allergies.

- La diversification alimentaire doit se faire, comme chez tous les nourrissons, entre 4 et 6 mois. Notamment, il n’est plus justifié de retarder l’introduction des aliments très allergisants comme les œufs, le kiwi, l’arachide, les fruits à coque, le céleri, le poisson et les crustacés. - Chez les enfants dont le risque n’est pas connu à la naissance, le recours à un lait HA ayant fait la preuve de son efficacité est recommandé en l’absence d’allaitement exclusif. 

Dr Isabelle Hoppenot

À retenir

Pendant la grossesse, il est inutile de conseiller un régime d’exclusion à la mère. En revanche, il faut dépister les enfants à risque. Chez les enfants à risque, et en l’absence ou en complément de l’allaitement maternel, une formule HA est justifiée.

REFERENCES

  • Chouraqui JP et al. Comité de nutrition de la Société française de pédiatrie. Alimentation des premiers mois et prévention de l’allergie. Arch Pediatr 2008 ; 15 : 431-42.
  • De Boissieu D et Dupont T. Allergie alimentaire. « Alimentation de l’enfant en situation normale et pathologique », 2e édition, 2012. Coordonnée par Olivier Goulet, Michel Vidailhet et Dominique Truck, en collaboration avec les membres du Comité de nutrition de la Société Française de Pédiatrie. Doin éditeurs.
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter