Aliments pour bébés : quelle valeur ajoutée ? - L'alimentation de l'enfant de 0 à 3 ans

Aliments pour bébés : quelle valeur ajoutée ?

22.01.2015

État des lieux

L’alimentation des nourrissons est un facteur clé du bon développement et de la maturation cérébrale. Après les quatre premiers mois où l’alimentation est exclusivement lactée, le respect d’un équilibre des apports reste essentiel et ce, dès la diversification. Les aliments pour bébés permettent de répondre aux exigences en matière de composition, variété et de choix des matières premières.

Chapitre 01 : Des aliments adaptés aux besoins

Le lait maternel est le lait idéal pour le nourrisson. Chez ceux qui ne sont pas allaités, les préparations pour nourrisson, de la naissance à 6 mois, puis entre 6 et 12 mois et, plus tard, les laits de croissance obéissent à des règles très précises, notamment en termes d’apport en protéines, en acides gras essentiels et en fer. Certaines préparations ont été développées pour répondre à des situations spécifiques telles que les régurgitations ou le risque de maladie allergique.

Lors de la diversification, les préparations « maison » exposent au risque de proposer, par souci de simplicité, un peu toujours les mêmes fruits et légumes, de trop saler, de donner trop de viande et de poisson, et donc de protéines, pas assez de lipides de bonne qualité bref, de ne pas totalement respecter les spécificités des besoins du nourrisson.
Composition et texture
 
Les aliments pour bébés, petits pots et plats tout prêts doivent obéir à une réglementation très stricte et ont une composition et une texture adaptées à l’immaturité physiologique du nourrisson. Ils facilitent l’apprentissage de nouveaux goûts, grâce à une large palette de saveurs et de nouvelles textures (lisse, puis moulinée, puis petits morceaux).

Teneur en sodium de la carotte selon son origine
Surgelée 0,16 g/100 g
Conserve 0,285 g/100 g
Petit pot pour bébé 0,035 g/100 g

Chapitre 02 : Des règles strictes pour assurer la sécurité

De façon générale, les aliments sont soumis à une réglementation stricte qui vise à assurer la sécurité du consommateur et la véracité de l’information présente sur le produit.

Des dispositions spécifiques s’appliquent aux préparations pour nourrissons et préparations de suite, aux aliments à base de céréales et à ceux destinés aux nourrissons et enfants en bas âge. Au-delà des règles en termes de composition (teneur en protéines, en fer, en sel, en acides gras…), toutes ces préparations et aliments destinés aux nourrissons et enfants en bas âge doivent être préparés selon des méthodes interdisant les conservateurs, les édulcorants et colorants , et en limitant au maximum le recours aux additifs et arômes.

 

Nitrates, pesticides et autres contaminants

 

De même, les teneurs en contaminants tels que les nitrates ou mycotoxines sont réduites au maximum, les teneurs en pesticides doivent être proches de 0 (< 4 à 10 µg/kg d’aliment) . 

L’utilisation de certains pesticides est par exemple interdite sur les produits agricoles destinés aux préparations pour nourrissons (Directives 2006/125 et 2006/141.) Le Bisphénol A est interdit dans les matériaux au contact direct des aliments pour bébés depuis janvier 2013 et les controles microbiologiques sont également très stricts :10 fois plus de contrôles pour valider l’absence de listeria que dans les aliments courants.

Ainsi, les légumes, fruits, viandes et poissons à la base des aliments destinés spécifiquement aux nourrissons et enfants en bas âge répondent à de nombreux critères de sécurité, ce qui n’est pas toujours le cas des mêmes produits achetés dans le commerce et servant à des préparations « maison ».

 

Dr Isabelle Hoppenot

À retenir

Les nourrissons et les jeunes enfants sont fragiles et sensibles à l’environnement nutritionnel auquel ils sont exposés. Par exemple, ils consomment 3 fois plus d’aliments rapporté à leur poids qu’un adulte de 70kg. Par principe de précaution, il convient donc de limiter les déséquilibres nutritionnels et l’exposition à des molécules chimiques potentiellement nocives telles que les pesticides, les conservateurs, le bisphénol A... De par leur composition et leur sécurité, les aliments pour bébé contribuent à une alimentation sûre et saine dès début de la diversification. Ils peuvent également participer à élargir le répertoire alimentaire du nourrisson et du jeune enfant, en proposant des variétés de fruits et légumes constants au fil des saisons.

REFERENCES

  • Directives 2006/125 et 2006/141, règlement CE 178/2002, règlement CE 1441/2007, règlement CE 1881/2006, directive 2007/766. Loi 2012-1442, application alimentation infantile dès janvier 2013, application alimentation courante dès janvier 2015.
  • Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail. http://anses.fr
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter