La France gagnée par le chaos social

Dans la crise, les idées fusent

Par
Richard Liscia -
Publié le 17/12/2019
Le fait le plus ironique, dans la crise du système de retraites, c'est peut-être le « contre-projet » présenté jeudi dernier par le chef du groupe LR, Damien Abad, à l'Assemblée. Dénonçant la notion d'âge-pivot à 64 ans, il propose en effet une augmentation de la prolongation des carrières d'un trimestre par an jusqu'à 65 ans, en démontrant à sa manière qu'il s'agit d'une notion originale. Personne ne lui a dit que c'était la même chose, en pire ?
Paris, le 12 décembre

Paris, le 12 décembre
Crédit photo : AFP

Ce qui a conduit M. Abad à cette suggestion extraordinaire, c'est qu'il est convaincu qu'au terme d'une inéluctable négociation, le gouvernement finira par renoncer à la prolongation des carrières. Il agit en fonction de sa propre logique que l'on a bien du mal à partager : si les syndicats - y compris la CFDT, considérée comme une organisation réformiste, exaspérée par le  projet qu'à présenté le Premier ministre, Édouard Philippe - refusent  tous que la date de départ soit repoussée, cela devrait signifier pourtant qu'ils n'adhèreront guère à la géniale proposition de M. Abad.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?