L'Algérie et la mémoire française

Contre la concurence victimaire  Abonné

Par
Richard Liscia -
Publié le 30/01/2020
Dans l'avion qui le ramenait d'Israël à Paris, le 24 janvier dernier, Emmanuel Macron a donné à la guerre d'Algérie la définition de « crime contre l'humanité ». Le premier réflexe consiste à dire qu'il aurait dû éviter d'en parler, ses soucis étant assez nombreux pour qu'il ne se livre à aucune provocation ; le second est qu'il participe de la sorte à un des phénomènes les plus désagréables de notre époque, celui de la concurrence victmaire entre les peuples qui ont beaucoup souffert.
Macron en Algérie en 2017

Macron en Algérie en 2017
Crédit photo : AFP

Comparaison n'étant pas raison, il n'y a aucune raison d'élever le peuple algérien, qui a certes ses préoccupations, au statut du peuple juif, qui, lui, a failli être exterminé dans des conditions particulièrement atroces. Sur cette terre, où vivaient un million de pieds-noirs plus attachés à leur patrie que les Français de l'hexagone, le pouvoir, à Paris, n'a jamais tenté d'éliminer la totalité des musulmans.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte