Vers un vaccin anti-prématurité grâce à la mémoire T rég

Publié le 27/09/2012
1348762806375145_IMG_90200_HR.jpg

1348762806375145_IMG_90200_HR.jpg
Crédit photo : S TOUBON

Pour être menée à bien, la grossesse enclenche un état inhabituel de tolérance immunitaire vis-à-vis des antigènes d’origine paternelle. La protection conférée repose sur l’expansion de cellules T régulatrices (T rég), qui ont pour rôle de supprimer l’activité des cellules effectrices dirigées contre le fœtus.

Des chercheurs américains du Cincinnati Children’s Hospital Medical Center viennent de montrer que, de façon inattendue, ces cellules T rég fœto-spécifiques persistent à des taux élevés après l’accouchement, maintiennent la tolérance vis-à-vis des antigènes fœtaux et ... réaugmentent très rapidement lors de la grossesse suivante pour la protéger. Cette observation est concordante avec le fait qu’il y a souvent moins de complications dans les grossesses suivantes par rapport à la première. D’où l’idée de concevoir des vaccins « anti-prématurité », capables d’activer la protection fœtale via la stimulation de cellules T rég fœto-spécifiques.

L’accumulation de cellules T rég maternelles au cours de la grossesse reflète le besoin croissant d’une tolérance envers les antigènes fœtaux. Ces cellules T rég appelées FOXP3+ sont très importantes, car même une baisse partielle et transitoire peut suffire à activer les cellules T effectrices dirigées contre le fœtus et entraîner une fausse couche. De nombreuses complications en cours de grossesse inexpliquées mais supposées provenir d’une mauvaise tolérance fœtale sont associées à une faible expansion des cellules T rég. Mais l’une des conséquences négatives de l’expansion des cellules FOXP3+ est la susceptibilité majorée aux infections prénatales. Compte-tenu des enjeux encourus, il était nécessaire de faire la part des choses et de mieux déterminer les bénéfices des cellules T rég pour la tolérance fœtale.

« Nous avons démontré de manière incontestable que les cellules régulatrices suppressives entraînent une mémoire immunologique spécifique, explique le Dr Sing Sing Way, l’auteur principal. Ces caractéristiques de la mémoire à l’occasion d’une grossesse (...) peuvent aussi être appliquées de manière plus large afin de mieux contrôler l’équilibre délicat entre la stimulation et la suppression immunitaire dans les maladies auto-immunitaires ». Les auteurs évoquent la possibilité de mettre au point des vaccins, qui cibleraient non pas les cellules effectrices chargées d’éradiquer un virus comme pour le vaccin polio, mais les cellules suppressives en vue de taire des réponses indésirables et d’empêcher une auto-agression dans des maladies auto-immunitaires.

Nature, publié en ligne le 26 septembre 2012.

 Dr IRÈNE DROGOU

Source : lequotidiendumedecin.fr