Verbatim Patrick Gasser  Abonné

Publié le 30/10/2017

Cette reconnaissance de la complexité est un premier pas. Il faudra aller plus loin car de nombreuses spécialités n'en bénéficient pas alors qu'elles sont elles aussi confrontées à des situations complexes. C'est le cas des dermatologues pour des patients atteints de psoriasis ou encore des anesthésistes pour un bilan préanesthésique en chirurgie cardiaque. Nous travaillons justement à un élargissement de ces consultations en vue d'un nouvel avenant conventionnel.   

Dr Patrick Gasser, président de l'UMESPE


Source : Le Quotidien du médecin: 9614