Vaccination, prescription, coopération : l’Ordre des infirmiers voit grand

Publié le 30/01/2014
1391094304493385_IMG_121436_HR.jpg

1391094304493385_IMG_121436_HR.jpg
Crédit photo : DR

L’Ordre national des infirmiers (146 000 inscrits) souhaite asseoir le rôle des 600 000 paramédicaux en exercice dans la coopération interprofessionnelle, le parcours de soins coordonné et la prise en charge des patients en premier recours.

À l’occasion du renouvellement des instances ordinales nationales, Didier Borniche, président pour un second mandat, a assuré travailler en bonne intelligence avec l’Ordre des médecins à l’élaboration de « nouvelles compétences » pour les infirmiers.

« Le Dr Patrick Bouet [président du CNOM] et moi-même sommes sur la même longueur d’onde, a-t-il indiqué. Ni lui ni moi ne parlons de délégation de tâches mais de coopération entre infirmiers et médecins. »

Un million de vaccins par les infirmiers en 2013

L’Ordre infirmier milite pour l’élargissement des prérogatives des professionnels en matière de vaccination (sans prescription médicale). Les infirmiers peuvent déjà vacciner contre la grippe saisonnière les patients âgés de plus de 65 ans ou atteints de certaines pathologies. « Est-ce légitime d’attendre trois jours un rendez-vous chez un médecin généraliste pour se faire vacciner ? interroge Didier Borniche. La réponse est non. Élargissons le champ de compétences des infirmiers en les formant et le problème ne se posera plus. »

En 2013, près d’un million de vaccins ont été effectués par les infirmiers.

L’Ordre compte aussi « aller plus loin » sur la prescription infirmière. Karim Mameri, secrétaire général, cite le paracétamol, « qu’un infirmier ne peut prescrire mais qu’on trouve en vente libre en pharmacie ».

Et d’illustrer : « En pleine nuit à l’hôpital,un infirmier de garde n’appellera jamais le médecin pour obtenir une prescription de paracétamol à donner à un patient en souffrance. Il prendra ses responsabilités et le médecin prescrira au petit matin. Pour nous, cette solution n’est pas satisfaisante. »

Sur ces dossiers, le nouveau conseil national doit se réunir dans les prochains jours pour élaborer un plan d’action et un calendrier.

Anne Bayle-Iniguez

Source : lequotidiendumedecin.fr