Urgences non traumatiques  Abonné

Publié le 29/10/2012

PARMI les avancées dans le domaine de l’imagerie des urgences non traumatiques figure le recours à l’IRM à la phase aiguë de l’accident vasculaire cérébral, dans les 4 à 6 premières heures. L’IRM fait le diagnostic mais surtout permet de poser ou non l’indication du traitement fibrinolytique en fonction des possibilités de récupération et du risque hémorragique. La certitude diagnostique est en effet apportée par l’association d’une séquence de diffusion et de FLAIR (Fluid attenuated inversion recovery), de très grande sensibilité et spécificité.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte