Sur un modèle animal

Une thérapie cellulaire améliore la SLA  Abonné

Publié le 30/05/2013

UNE TRANSPLANTATION DE CELLULES SOUCHES humaines chez un modèle de souris de sclérose latérale amyotrophique (SLA), apporte une amélioration de la fonction cardiaque et de la survie. Masatoshi Suzuki et coll. (Université de Madison, États-Unis) ont utilisé des cellules souches mésenchymateuses adultes prélevées dans la moelle osseuse humaine. Ils leur ont fait subire une modification génétique pour leur faire produire des facteurs de croissance, notamment du GDNF (glial cell line-derived neurotropic factor) et du VEGF (vascular endothelial growth factor).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte