Une radio-immunothérapie à l’essai dans le synovialosarcome

Publié le 16/12/2011
1324054345311165_IMG_74466_HR.jpg

1324054345311165_IMG_74466_HR.jpg
Crédit photo : © PHANIE

Les essais seront conduits dans le cadre d’un partenariat avec le Centre Léon-Bérard (dirigés par le Pr Jean-Yves Blay, président de l’EORTC, European Organisation for Research and Treatment of Cancer). « C’est une première pour ce type de tumeurs pour lesquelles il n’existe actuellement aucun traitement ciblé », expliquent les auteurs.

Le synovialosarcome est une tumeur rare et agressive des tissus mous, représentant 7 à 8 % des sarcomes malins (Orphanet) et 2 % de toutes les tumeurs malignes. Ils apparaissent de manière prépondérante chez les adultes jeunes ; les adolescents et les enfants représentent 30 % des cas. Il n’existe actuellement aucun traitement spécifique autre que la chirurgie, associée pour les tumeurs de haut grade à une chimiothérapie (doxorubicine, lifosfamide et trabectedine). Malgré son nom, cette tumeur ne semble pas être d’origine synoviale, mais plutôt issue de cellules souches multipotentes qui se différencient en structures épithéliales et/ou mésenchymateuses (Orphanet).

Le Pr Yusuke Nakamura et coll., des chercheurs de l’Université de Tokyo, ont identifié, une protéine surexprimée à la surface des cellules des synovialosarcomes (FZD10, homologue 10 du gène Frizzled). Et une société japonaise (OncoTherapy Science) a synthétisé un anticorps ciblant la protéine FZD10. Dans une étude préclinique, l’anticorps couplé à l’Yttrium marqué (90Y), a montré un effet antitumoral.

L’étude clinique de phase I va être menée à partir de ce nouveau concept d’une radio-immunothérapie qui consiste à associer un anticorps monoclonal à un isotope radioactif, en visant à détruire spécifiquement les cellules tumorales. Le traitement sera associé à une radiothérapie.

L’essai va démarrer au Centre Léon-Bérard de Lyon en janvier 2012 ; il est prévu pour durer vingt-quatre mois. Un recrutement de 21 patients est prévu dans les 3 centres français de prise en charge du sarcome (Léon-Bérard, Institut Gustave-Roussy et Institut Bergonié). « Si l’étude clinique de phase I montre une efficacité du traitement, l’essai de phase II pourrait être lancé en 2014 », annoncent les auteurs.

 Dr BÉATRICE VUAILLE

Source : lequotidiendumedecin.fr