Progression de la maladie de Huntington

Une protéine de réparation de l'ADN aggrave le cas

Publié le 25/04/2007
- Mis à jour le 25/04/2007

UNE ÉQUIPE de recherche américaine a découvert comment les dommages oxydatifs contribuent à la progression de la maladie de Huntington. Les lésions de l'ADN engendrées par les radicaux libres déclenchent des mécanismes de réparation qui sont imparfaits et « aggravent » la mutation déjà présente dans le génome des personnes qui déclareront la maladie.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?