Une prise en charge visant à éviter les complications  Abonné

Publié le 22/09/2014

La durée de la phase aiguë, aussi appelée phase de destruction, est conditionnée par la persistance ou non de l’appui. À ce stade, l’inflammation s’entretient elle-même par le cercle vicieux constitué par la persistance de l’appui sur un os rendu friable et par des facteurs neuropathiques, inflammatoires et microtraumatiques. La fragmentation osseuse qui en résulte favorise la surexpression de cytokines inflammatoires qui vont accroître à leur tour les mécanismes de résorption et fragiliser l’os ultérieurement.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte