Une prescription sur trois à l’initiative du généraliste  Abonné

Publié le 04/02/2019

Une étude observationnelle réalisée par questionnaire en Ile-de-France entre mai 2013 et décembre 2014 auprès de 480 médecins généralistes montre qu’ils sont à l’initiative de la prescription chez un tiers des patients traités par AOD. Si la prescription systématique du bilan d’hémostase est encore trop souvent réalisée (16 % des répondants), la surveillance du bilan rénal et la gestion des relais AVK-AOD ou AOD-AVK sont globalement bien maitrisées par les praticiens, révélant que ces traitements sont prescrits et gérés de façon adaptée par les médecins généralistes.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte