Coïnfection VIH-hépatites

Une patiente transplantée témoigne

Publié le 13/06/2007
- Mis à jour le 13/06/2007
1276105881F_Img271674.jpg

1276105881F_Img271674.jpg

LE VISAGE est détendu, la voix claire. Sylvie semble en bonne santé. Personne ne pourrait se douter que, atteinte d'une coïnfection VIH-VHB/VHC depuis une vingtaine d'années, cette petite blonde quadragénaire subit de lourds traitements quotidiens pour rester en vie. «C'est une lutte de tous les jours, dit-elle sereinement. Il faut faire attention tout le temps.» C'est une ancienne toxicomane. Au cours de sa deuxième grossesse, à la suite des examens habituels pratiqués dans ce cas, on lui annonce la nouvelle.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?