Une nouvelle « pilule pour homme » passe les premiers tests de sécurité

Par
Damien Coulomb -
Publié le 25/03/2019

Une pilule contraceptive pour homme vient de passer avec succès l'étape de l'étude de phase I, selon des données présentées aujourd'hui au congrès de la société américaine d'endocrinologie, ENDO 2019.

La 11β-methyl-19-nortestosterone 17β-dodecylcarbonate (11β-MNTDC) en prise orale a une double activité androgénique et progestogénique : une fois métabolisée en 11β-methyl-19-nortestosterone (11β-MNT), elle se lie à la fois aux récepteurs des androgènes et aux récepteurs de la progestérone, supprimant ainsi la production de gonadotrophine.

Selon des travaux in vitro menés par les chercheurs de l'institut de recherche Biomed de Los Angeles, le 11β-MNT a une affinité 10 fois supérieure pour les récepteurs aux androgènes que la dihydrotestostérone (DHT).

Une étude sur 40 volontaires

Les auteurs ont ensuite mené une étude de phase I sur 40 volontaires sains masculins sur une période de 28 jours : 10 ont reçu un placebo, 14 une dose orale quotidienne de 200 mg et 16 une dose quotidienne de 400 mg. Au bout de 24 heures, les niveaux de testostérone avaient considérablement diminué dans les 2 groupes sous traitement, sans effets secondaires importants, et notamment sans dysfonction érectile.

Dans les 24 heures qui suivent la prise du contraceptif, les niveaux de testostérone étaient les mêmes que ceux observés chez des patients atteints de déficit androgénique. Cette diminution est deux fois plus importante si la prise a lieu en même temps qu'un repas. Les auteurs précisent qu'une durée d'observation de 28 jours est trop faible pour observer une baisse effective de la production de spermatozoïdes, qui intervient normalement au bout de 60 à 90 jours de faible niveau d'hormone androgénique.

La 11β-MNTDC est la deuxième « pilule pour homme» en développement, après la diméthandrolone undécanoate


Source : lequotidiendumedecin.fr