Les glimines

Une nouvelle classe plus que prometteuse  Abonné

Publié le 22/09/2014

Les antidiabétiques constituent aujourd’hui l’une des principales voies de recherche de l’industrie pharmaceutique, puisque le diabète de type 2 touchera, d’ici un peu plus d’une décennie, un demi-milliard d’individus. Mais on constate que dans les classes les plus récemment arrivées sur le marché – incrétines (inhibiteurs de la DPP4, agonistes du GLP1), comme inhibiteurs des SGLT2 – de nombreux groupes industriels ont proposé des molécules assez similaires dans leur structure et leurs effets, et surtout qui ne concernent pas l’insulinorésistance.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte