Résistance aux antibiotiques

Une nouvelle approche contre les SARM  Abonné

Publié le 13/12/2012

UN TÉMOIN de la multiplication inquiétante de l’infection SARM en communauté est le fait que, en 2005, la mortalité associée au SARM aux États-Unis dépassait celle associée au VIH/sida. La résistance du SARM est due à l’acquisition d’un gène mecA qui encode une autre protéine de liaison à la pénicilline (PBP2A), réfractaire à l’activité inhibitrice des bêtalactamines.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte