Évaluation du coroscanner

Une lésion fait-elle le pronostic ?  Abonné

Publié le 28/05/2015
La pratique d'un coroscanner initial ne modifie pas le pronostic à 2 ans des patients qui ont des...

La pratique d'un coroscanner initial ne modifie pas le pronostic à 2 ans des patients qui ont des...

L’étude Scot-Heart, conduite dans 12 centres écossais entre novembre 2010 et septembre 2014, a évalué si, chez des adultes ayant un angor stable, le coroscanner permet d’affirmer le diagnostic de maladie coronaire à 6 semaines par rapport à l’absence de coroscanner. Ces patients ont été randomisés pour avoir ou non un coroscanner, en sus d’une prise en charge standard. Le critère primaire évalué était le taux de patients ayant un angor en rapport effectif avec une maladie coronaire à 6 semaines. Des critères cliniques étaient aussi évalués à long terme.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte