« Cap au pire », de Samuel Beckett

Une lecture de style

Publié le 06/03/2007
- Mis à jour le 06/03/2007

C'EST UN ETRANGE moment. Et ,disons-le, difficile. « Cap au pire » a été écrit en 1982 par le grand écrivain, qui avait reçu le prix Nobel en 1969. Il ne l'avait pas traduit, au contraire de ce qu'il faisait le plus souvent, de sa langue maternelle au français, ou inversement. C'est un texte de dénuement extrême, un texte de peu de mots, toujours repris, un texte qui tient en peu d'images. Toujours repris, les mots, toujours revenant, les images.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?