Un cancer controlatéral existe 3 fois sur 100

Une IRM pour l'autre sein

Publié le 28/03/2007
- Mis à jour le 28/03/2007

«NOTRE ETUDE prouve, de façon presque catégorique, que le sein opposé doit être évalué par IRM», commente dans un communiqué le Dr Etta Pisano, professeur de radiologie et d'ingénierie biomédicale à l'université de Caroline du Nord (Chapell Hill). «Mais, souligne-t-elle, personne ne recommande d'abandonner la mammographie. L'IRM est un outil très coûteux qui doit être employé de façon judicieuse pour les populations à haut risque.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?