Une drogue « idéale » pour l’assaut  Abonné

Publié le 23/11/2015

Crédit photo : PHANIE

Pour le Pr Jean-Pol Tassin, neurobiologiste de l’addiction à l’INSERM, les effets dopants puissants du Captagon pourraient ne pas être étrangers au comportement des terroristes, décrits comme particulièrement déterminés, méthodiques, presque mécaniques. « Le Captagon ou fénétylline est métabolisé dans l’organisme en amphétamine et en théophylline, explique-t-il. Et comme pour toute amphétamine, la vigilance est accrue et on a l’impression d’être le meilleur.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte