Alcoolisation aiguë et grossesse

Une « cuite » isolée est plutôt sans conséquence

Publié le 14/11/2007
- Mis à jour le 14/11/2007

LE « BINGE DRINKING », cette consommation excessive d'alcool en peu de temps, revient de plus en plus souvent dans les colonnes de la presse médicale. Une des explications en est sa montée en puissance dans la population féminine, notamment britannique. C'est pourquoi des médecins d'Oxford (Jane Henderson et coll.) se sont intéressés aux répercussion de ces « cuites » chez les femmes enceintes.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?