Une centaine d’orthophonistes se disent victimes d’une opération de testing

Publié le 15/03/2013
1363362476417848_IMG_101059_HR.jpg

1363362476417848_IMG_101059_HR.jpg
Crédit photo : Phanie

Depuis quelques jours, la Fédération nationale des orthophonistes (FNO) a accumulé « une centaine de témoignages » de professionnels exerçant en Pays de la Loire, en Auvergne et en région parisienne. Ils se disent victimes d’une opération de testing téléphonique de grande envergure, indique l’organisation.

« La méthode est toujours la même, explique la FNO. Une certaine Madame Morin appelle les cabinets d’orthophonistes et demande des informations sur les heures d’ouverture, les délais d’attente. Elle justifie son appel en évoquant un enfant ou un adulte victime d’un AVC, parfois il est question d’un enfant bègue. Dès que l’orthophoniste demande des précisions, elle raccroche. »

Testing, mauvais plaisantin ou arnaque ? On ignore pour l’instant l’origine des appels. « Nous venons d’écrire à Marisol Touraine pour lui faire part de l’affaire, détaille la FNO. S’il s’agit d’un testing, nous ne pouvons pas faire grand-chose bien que nous ne soyons pas convaincus par la méthode. Il pourrait aussi s’agir d’une arnaque de particuliers qui cherchent à établir un annuaire payant de professionnels. »

Proposition de loi le 28 mars.

Le testing, ou test de situation, est souvent utilisé par des associations comme SOS Racisme pour vérifier le respect des lois anti-discrimination et mettre en lumière les comportements discriminatoires.

Roselyne Bachelot avait tenté d’appliquer ce dispositif aux médecins en l’inscrivant dans la loi « Hôpital, patients, santé et territoires », avant un recadrage de Matignon.

Le 28 mars, la sénatrice Europe Écologie Les Verts (EELV) Aline Archimbaud présentera devant le Sénat une proposition de loi (PPL) qui vise à améliorer l’accès aux soins des plus démunis.

Le texte de loi prévoit d’établir un cahier des charges pour organiser des testings à l’issue d’une consultation avec les représentants de patients et de médecins.

 A. B.-I.

Source : lequotidiendumedecin.fr