Rencontre avec Thomas Lilti, réalisateur d’« Hippocrate »

Une blouse blanche dans les salles obscures  Abonné

Publié le 04/09/2014
1409793277540786_IMG_134937_HR.jpg

1409793277540786_IMG_134937_HR.jpg

1409793276540785_IMG_134935_HR.jpg

1409793276540785_IMG_134935_HR.jpg

« Médecin, c’est pas un métier, c’est une malédiction », confie Abdel, médecin étranger, à son jeune co-interne Benjamin, personnage principal d’« Hippocrate ».

Cette maxime, le réalisateur Thomas Lilti, 38 ans, la fait sienne. « On ne rentre pas le soir chez soi en oubliant tout. Ça nous habite toute la journée, la nuit, le week-end : on a du mal à lâcher la blouse blanche ». Lui ne l’a pas raccrochée et poursuit des remplacements auprès de 4 ou 5 médecins libéraux, les mercredis et samedis, ou pendant les vacances scolaires.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte