« La Vérité toute nue », de David Lodge

Une aimable fantaisie

Publié le 20/02/2007
- Mis à jour le 20/02/2007

UN DÉCOR délicieux de cottage comme on en rêve tous (Patrick Farru). Que ce soit dans la campagne anglaise ou à quelques kilomètres de Fontainebleau... Mais c'est bien Londres, la grande ville, et l'on reconnaît en quelques répliques les humeurs corrosives du so british David Lodge traduit ici par Armand Eloi.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?