Un vide juridique

Publié le 13/12/2018

Le mot « hypnose » et ses suffixes ne sont pas protégés par la loi. Parmi les praticiens en hypnose, on trouve des médecins et soignants, mais aussi des personnes qui en font un spectacle, et des praticiens non soignants (du domaine du bien-être ou du coaching). Parmi ces derniers, certains sont compétents et recommandables, d’autres trop peu ou mal formés – le vide juridique ayant fait la prospérité de certaines écoles de formation peu scrupuleuses –, voire, pour une minorité, dans une sorte de dérive mystique.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?