Un urgentiste condamné à deux ans de prison avec sursis pour le décès d’une patiente en 2010

Publié le 14/11/2014

L’ancien médecin-chef des urgences de Guéret (Creuse), poursuivi pour homicide involontaire, a été condamné jeudi 13 novembre à deux ans de prison avec sursis par le Tribunal correctionnel après le décès d’une patiente en 2010.

Il a été reproché au médecin une erreur de diagnostic et la non-prise en charge de la patiente qui aurait pu être sauvée.

Souffrant de malaises, Élodie, une étudiante en pharmacie de 23 ans, avait appelé d’abord son médecin généraliste qui avait alors diagnostiqué une embolie pulmonaire. Il l’avait faite transporter par ambulance au service des urgences de l’Hôpital de Guéret, joignant l’électrocardiogramme pratiqué et un courrier où il prévenait ses collègues de la probabilité d’une embolie pulmonaire.

Elle décède le lendemain

Lors de l’audience, le 30 octobre dernier, le médecin-chef des urgences qui avait pris en charge la jeune femme à son arrivée dans son service, avait affirmé ne pas se souvenir d’avoir lu le courrier de son confrère mais avait assuré avoir demandé des analyses pour contrôler si la patiente souffrait, ou non, d’une embolie pulmonaire.

Quelques heures plus tard, Élodie semblant aller mieux, le médecin de 54 ans, sans prendre connaissance du résultat des analyses, l’avait laissée rentrer chez elle, à Aubusson (Creuse). Le lendemain, Élodie succombait à une embolie pulmonaire.

L’avocat du médecin, Me Philippe Clerc, avait plaidé des dysfonctionnements multiples, « un dramatique concours de circonstances ». Mais le tribunal a retenu l’erreur de diagnostic et la responsabilité du praticien.

(Avec AFP)

Source : lequotidiendumedecin.fr