Un traitement adapté à chaque type de désert

Publié le 29/03/2012
LEGMANN

LEGMANN
Crédit photo : DR

« Deux types de déserts médicaux se distinguent clairement: les déserts horizontaux, essentiellement ruraux, et les déserts verticaux que sont les concentrations de tours dans les zones urbaines ou les banlieues. Il faut traiter différemment chaque situation. En zone rurale, vous n’installerez aucun cabinet médical dans un champ de betteraves, au milieu de quelques fermes isolées ! C’est un discours démagogique, voire populiste. Dans ces zones, il faut d’un côté traiter les urgences avec le SAMU, des moyens de transport adaptés et de la régulation, et de l’autre mettre en place des bus médicalisés pour suivre les patients chroniques, à échéance régulière. Dans les banlieues, j’estime que c’est l’insécurité qui freine les installations. Le développement de réponses multiples et bien adaptées, faisant participer SOS, l’hôpital, les cliniques privées et les maisons disciplinaires, me semble aller dans le bon sens. » (« le Quotidien du Médecin » du 7 février 2012).


Source : lequotidiendumedecin.fr
Sommaire du dossier